Motion de l’association pour le contournement Est de Rouen

logo_ACER_V10MOTION en faveur du projet de Contournement Est de Rouen

sur la base du tracé Préférentiel de 2012

 

LE CONTOURNEMENT EST DE ROUEN

UNE URGENCE POUR NOS EMPLOIS – UNE EXIGENCE DU MONDE ECONOMIQUE

 

Rouen, 12ème agglomération française, future Métropole au 1er janvier 2015, est la seule ville européenne plus de 500 000 habitants à ne disposer d’aucune infrastructure de contournement (39 500 établissements, 300 000 emplois, 40 000 étudiants).

– La traversée de l’agglomération rouennaise reste aujourd’hui le seul goulet d’étranglement de l’axe autoroutier Nord – Sud-Ouest européen reliant Stockholm à Gibraltar et plus localement du Grand contournement du bassin parisien.

– Les conditions actuelles de circulation au sein de cette grande agglomération rouennaise sont devenues intolérables pour ses habitants, ses entreprises et leurs personnels et cela occasionne des nuisances pour la santé, une dégradation de la qualité de vie et génère de vives inquiétudes pour l’emploi.

 

Le projet de Contournement Est / Liaison A28-A13 est vital pour notre région car il permet :

– De garantir et d’améliorer l’attractivité et la compétitivité du territoire régional. 

– De maintenir et développer les activités industrielles autour de HAROPA-Port de Rouen en phase d’amélioration de ses accès maritimes, et actuellement pénalisées par une mauvaise desserte routière.

– D’envisager la création de plates-formes multimodales (Seine Sud, Pîtres-Le Manoir) dépendantes du contournement et nécessaires au développement de l’Axe Seine.

– D’assurer la communication entre les zones d’activités disséminées à l’est de la future Métropole et regroupant le 1/3 des emplois de cette dernière.    

– De soustraire du centre-ville de Rouen le trafic de transit afin d’améliorer l’accessibilité aux commerces, la sécurité des biens et des personnes en évitant une asphyxie programmée de la métropole régionale par réduction des gaz à effet de serre (- 7,3% de CO² sur l’ensemble de la Métropole).

– De faciliter les déplacements et de réduire les temps de trajet domicile/travail entre les plateaux Nord et Est et les grandes zones industrialo-portuaires.

Depuis plus de 30 ans, les études sur un contournement à l’Est de l’agglomération se sont succédées sans que leur utilité soit remise en cause.

Pour mémoire, ce dossier a fait l’objet, en 2005 d’un débat public suivi d’une décision favorable.

En 2009, 2 800 entreprises, représentant 80 000 emplois, soit 1/3 des emplois de la future Métropole, ont réclamé cette infrastructure au plus vite en signant une pétition adressée au Ministre.

Reconnu conforme aux exigences du Grenelle 1 de l’Environnement, il est inscrit au Schéma National des Infrastructures Terrestres (SNIT) depuis 2009.

Le Préfet de Région a présenté, en octobre 2012, une variante préférentielle de l’État  issue des études complémentaires de tracés à soumettre à enquête publique.

Il est classé prioritaire dans les projets d’infrastructures retenus par le rapport Mobilité “21” sur une décision du 1er Ministre en date du 9 juillet 2013.

PAR CONSEQUENT LES MILIEUX ECONOMIQUES NORMANDS

– Estiment que le travail des services de l’État à déterminer un nouveau tracé correspond à la meilleure proposition au vu des enjeux économiques, environnementaux et humains.

 – Se mobilisent de manière unitaire et énergique pour que cette infrastructure soit réalisée dans les plus brefs délais.

– Sont  très favorables au tracé préférentiel de 2012 soumis à Concertation Publique.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *